Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

BIENVENUE SUR

ACTU-TENNIS
Le Blog

Vous êtes le  visiteur !

jawdropTOUT ce que vous devez voir et savoir sur le monde du tennis et ses stars. Les derniers potins, les vidéos des matchs, les propos insolites sont ici !

 

english.png    english2.png
Webmaster: Moïse
Contact: contact@actu-tennis.net
Facebook - Twitter - Forum

 

Rechercher

19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 19:51

InterviewsDemi-finaliste à Roland Garros l'an passé et finaliste à Wimbledon, la pression sur les épaules du Tchèque ne cesse de croître au fur et à mesure des jours qui le séparent de la Porte d'Auteuil.

Avec de nombreux points à défendre cette année, comment Tomas Berdych aborde-t-il ces deux grands chelems titanesques où il va devoir confirmer pour rester au top? Welovetennis a mené son enquête!

Comment appréhendes-tu la période qui arrive, avec tous ces points à défendre ? On imagine que tu ressens une certaine pression…
J’essaie de laisser ça de côté, de ne pas trop me mettre la pression, justement. La saison est longue et on se fiche de savoir à quel moment on prend les points. L’essentiel, c’est de se concentrer sur l’instant présent et le match qui arrive. Il ne faut pas laisser son esprit vagabonder et se demander ce qu’il va se passer à tel moment, tel endroit ou dans telles conditions.

Quand tu regardes le top 3 actuel – Rafa, Novak, Roger –, vous vous dites que vous pouvez rivaliser ou ça vous semble impossible ?
Il y a deux choses que je me dis face à cette situation. D’un côté, ça fait plaisir de pouvoir jouer avec de tels champions : Federer et Nadal, qui ont tout gagné, et Djokovic, qui réalise une remarquable série de victoires. Mais, d’un autre côté, si le top 10 était un peu plus faible, on aurait plus de chances à la fin des Grands Chelems. Aujourd’hui, si vous regardez le palmarès, il n’y a que trois noms qui reviennent, toujours les mêmes. Mais c’est comme ça. Ca nous oblige à faire le maximum pour saisir notre chance et tenter de bousculer cette hiérarchie.

La vie de top 10 est plus difficile aujourd’hui qu’elle ne l’était pour les générations précédentes ?
Je n’ai jamais vraiment regardé comment ça se passait par le passé, à l’époque des Lendl ou des Sampras. De toute façon, les choses sont comme elles sont, point. C’est pareil pour tous les joueurs qui jouent aujourd’hui. Comparer aux générations précédentes ne sert à rien, c’est difficile d’en juger et se plaindre en disant « C’était plus facile il y a dix ans » ne change rien au problème. En revanche, j'ai une certitude : si on veut rester au top, il faut progresser chaque année. Même pour tenir une position de 5, 6 ou 7ème mondial. Il faut toujours s'améliorer, parce que le niveau de jeu augmente tous les ans. Tous les ans, mais je dirais même que le niveau général augmente tous les six mois. Une chose est sûre, c’est bon pour notre sport !

[Lire Article]

http://cache.daylife.com/imageserve/02U4cKI7MX2eX/x610.jpg

Partager cet article
Repost0

commentaires