Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

BIENVENUE SUR

ACTU-TENNIS
Le Blog

Vous êtes le  visiteur !

jawdropTOUT ce que vous devez voir et savoir sur le monde du tennis et ses stars. Les derniers potins, les vidéos des matchs, les propos insolites sont ici !

 

english.png    english2.png
Webmaster: Moïse
Contact: contact@actu-tennis.net
Facebook - Twitter - Forum

 

Rechercher

31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 07:38

Coach et consultant tennistique, Patrick Mouratoglou analyse la finale de l'Open d'Australie et donne ses pronostics sur les prochains tournois à venir.

DJOKOVIC - MURRAY, DUEL DU FUTUR
L’année 2012 aura vu les tournois du Grand Chelem partagés entre quatre joueurs différents. De 2004 à 2010, ils n’étaient globalement remportés que par Roger Federer et Rafael Nadal. En 2011, c’est Novak Djokovic qui avait frappé très fort en en remportant trois sur quatre. Désormais, le circuit mondial semble s’orienter vers un règne à deux têtes constitué de Djokovic et Murray puisqu’ils ont inscrit leur nom au palmarès des trois derniers événements importants (JO : Murray, US Open : Murray, Australian Open : Djokovic). Ils ont incontestablement pris une option sur les autres membres du Big 4, bénéficiant à la fois de l’absence très prolongée de Rafael Nadal et de la énième défaite de Roger face à l’un de ces deux joueurs.

DES PROFILS DE JOUEURS MODERNES ?
Il faut prendre en considération le fait que les conditions de jeu (combinaison surface de jeu / balles) ont été globalement extrêmement ralenties depuis une dizaine d’années et surtout ont été homogénéisées. Les Djokovic et Murray sont les premiers produits de ces nouvelles conditions. La sélection naturelle a œuvré. Ils proposent tous les deux des profils très semblables : remarquable couverture de terrain, grande efficacité en retour de service, excellent pourcentage de points gagnés après leur première balle, contreurs de fond de court qui apprécient la diagonale-revers dans laquelle ils utilisent le décalage coup droit et le revers long de ligne pour déstabiliser l’adversaire. Ils jouent un tennis-pourcentage avec une prise de risque toujours très mesurée ce qui explique qu’ils affichent souvent des statistiques de match avec très peu de fautes directes. 


[ARTICLE COMPLET]finATP16.jpg

Partager cet article
Repost0

commentaires