Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

BIENVENUE SUR

ACTU-TENNIS
Le Blog

Vous êtes le  visiteur !

jawdropTOUT ce que vous devez voir et savoir sur le monde du tennis et ses stars. Les derniers potins, les vidéos des matchs, les propos insolites sont ici !

 

english.png    english2.png
Webmaster: Moïse
Contact: contact@actu-tennis.net
Facebook - Twitter - Forum

 

Rechercher

3 novembre 2012 6 03 /11 /novembre /2012 08:11

interview0Outsider cette semaine au tournoi BNP Paribas Masters, le jeune polonais poursuit sa conquête du palais omnisport de Bercy en se qualifiant pour les 1/2 finales.

Vous avez battu quatre des dix meilleurs joueurs mondiaux de façon spectaculaire. Le déclic du début de semaine vous rend les choses plus faciles ?
J.J. : Jeudi, j'ai sauvé une balle de match, on ne peut pas dire que cela a été facile... En quart de finale, aux deuxième et troisième sets, j’ai joué le meilleur tennis de ma vie. En fait, je ne savais pas que je pouvais jouer aussi bien. Le premier set, j’étais un petit peu anxieux. Mais après, je me suis détendu et il s’est passé quelque chose de magique. J’ai joué avec l’impression que je pouvais mettre toutes les balles dans le court, et je suis en demi-finale. Ce n’est vraiment pas facile pour moi de prendre conscience de ce qu’il se passe dans ma vie en ce moment.

Avant l’interruption médicale pour Janko Tipsarevic, est-ce que vous vous étiez rendu compte que quelque chose n’allait pas pour lui ?
J.J. : Non, je n’ai pas pensé à cela. Dans le deuxième et le troisième sets, je jouais très bien et je ne m’étais pas rendu compte qu’il avait quelque chose. Il jouait le même tennis qu’au premier set, c’est simplement moi qui ai commencé à jouer un peu mieux. Peut-être qu’il avait quelque chose qui n’allait pas, je ne sais pas. Peut-être qu’il avait des vertiges ou mal à la tête... en tout cas moi, sur le court, pendant le deuxième et troisième sets, je me suis senti incroyablement bien et j’avais l’impression de faire tout ce que je voulais.

L'ambiance va certainement changer samedi quand vous allez jouer contre Gilles Simon... Le public ne sera sans doute pas derrière vous...
J.J. : Oui, je vais jouer contre un joueur français, mais mentalement je suis solide. Je me rappelle de mon match contre Andy Murray en Grande-Bretagne pendant la Coupe Davis il y a trois ans. Tout le public était contre moi, plus de 5 000 personnes. Et en fait, cela m’était égal, je me concentrais sur mon jeu, alors j’espère pouvoir faire la même chose samedi.

Jeudi soir, avez-vous trouvé le sommeil facilement après avoir battu Murray ?
J.J. : Je n’ai pas de problème pour dormir. J’ai très bien dormi... deux heures ! Je suis resté sur l’ordinateur pendant un certain nombre d’heures et j’ai réussi à m’endormir à cinq heures du matin. Ce soir là, je n’arrivais pas à dormir. Mais je vois bien que ce n’est pas important, même si je ne dors pas, je joue le meilleur tennis de ma vie en ce moment, et j’espère que je pourrai jouer encore mieux. Je ne sais pas ce que je peux attendre de moi-même, mais j’espère en tout cas ne pas terminer le tournoi samedi, pas encore.

 


[INTERVIEW COMPLETE]

Partager cet article
Repost0

commentaires

C

On l'a bien aidé
Répondre