Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

BIENVENUE SUR

ACTU-TENNIS
Le Blog

Vous êtes le  visiteur !

jawdropTOUT ce que vous devez voir et savoir sur le monde du tennis et ses stars. Les derniers potins, les vidéos des matchs, les propos insolites sont ici !

 

english.png    english2.png
Webmaster: Moïse
Contact: contact@actu-tennis.net
Facebook - Twitter - Forum

 

Rechercher

19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 07:46

alire2Le journaliste Christophe Thoreau continue son analyse savoureuse en pénétrant les coulisses du circuit ATP. Après avoir donné son avis sur les problèmes au sein du comité des joueurs, voilà qu'il décrypte pour vous cette entente 'idéale' qui lie les deux champions Rafael Nadal et Roger Federer

Certains d'entre-vous ont souhaité que je m'exprime sur la fausse brouille entre Rafael Nadal et Roger Federer en ouverture de l'Open d'Australie. Nous y voilà. En deux mots, l'Espagnol avait reproché au Suisse de ne pas trop se mouiller concernant les demandes des joueurs sur l'allègement du calendrier. Rafa qui en balance une petite à Rodge... quel événement !

Eux, les grands copains, liés depuis si longtemps par une si belle amitié. Heureusement, deux jours plus tard, il nous a été expliqué par les intéressés que tout allait bien entre eux. Ouf ! Ce n'est pas cette petite divergence de vue qui allait mettre de l'eau dans la gaz dans leur idyllique relation. Les communicants du grand magique circus du tennis pouvaient respirer. Pas de guéguerre, pas de vagues. Tout beau, tout propre.

Vous y croyez, vous, à cette amitié entre les deux plus grands champions de la dernière décennie ? Moi pas trop. Pour construire une amitié, une vraie, il faut quand même passer pas mal de temps ensemble, pouvoir échanger (l'anglais de Nadal reste tout de même rudimentaire pour approfondir les choses), partager une certaine intimité. Je ne crois pas que ce soit le cas. Le point de départ de cette histoire repose à mon avis sur l'attitude de Toni Nadal. Dès que Rafa a commencé à battre Federer, il n'a eu de cesse de tresser des lauriers à leur victime, comme pour s'excuser.

Il en faisait même des tonnes, il faut bien le dire. Evidemment, Nadal tenait le même discours : «Oui, je le bats mais c'est lui le plus grand.» Certains on trouvé ça classe, moi, je trouvais que ça sonnait faux. Mais la presse et l'ATP, qui adorent mettre ces deux-là en scène, ont embrayé. Formidable ce duo, ils se tirent une bourre pas possible sur le court, mais ils se tapent dans le dos en coulisse. C'est génial, quels gentlemen ! Et ça nous change des relations pour le moins tendues entre un John McEnroe et un Jimmy Connors, ou de la bonne entente totalement factice entre Pete Sampras et Andre Agassi.

[Lire Article]

Partager cet article
Repost0

commentaires